Alain Delon pousse un gros coup de gueule : sa mise au point cash sur la fin de vie !

publicité

Au cours de son interview pour TV5 Monde, Alain Delon a tenu à pousser un gros coup de gueule. L’acteur a également fait une mise au point concernant une pratique qui suscite aujourd’hui la polémique : l’euthanasie.

Après avoir été victime d’un AVC en 2019, Alain Delon va beaucoup mieux aujourd’hui. Selon son fils Alain, le comédien s’est « vraiment battu pour s’en sortir ». Ce dernier reste malgré tout sur ses gardes, conscient que le pire peut arriver à tout moment…

publicité

Une épreuve difficile pour ses enfants

Conscient de son état de santé encore fragile, Alain Delon a confié qu’il était prêt à affronter « La fin » dans les colonnes du magazine Paris Match. Comme le souligne l’acolyte de Romy Schneider : « Je déteste cette époque. Rien n’est vrai. Je sais que je quitterai ce monde sans regret ». Des propos qui risquent de déplaire à ses enfants.

Ces derniers ne se sont pas encore remis de la précédente hospitalisation de leur père. Comme l’a expliqué son fils Alain : « Je me suis senti un peu comme un enfant. Ça m’a vraiment choqué… J’avais peur qu’il ne revienne plus. Cet homme, qui est votre père, est relié à des machines, et ça fait bip », précisait-il en mars dernier lors de son passage en mars dernier sur TF1.

publicité

« C’est la chose la plus logique qui soit… »

Alain Delon quant à lui a tenu à exprimer cash son avis sur l’euthanasie. Une pratique que l’acteur de La Piscine défend « depuis des années ». Pour le père de famille, il est hors de question de devenir dépendant. « D’abord parce que j’ai beaucoup vécu et que je vis souvent en Suisse ».

publicité

Le principal intéressé enchaîne en affirmant : « Je trouve que procéder à l’euthanasie est la chose la plus logique qui soit. Et la plus naturelle ! À un moment donné, on devrait être libre de choisir de s’en aller sereinement, sans passer par les hôpitaux, les piqûres ou les machins ». En dépit de ces déclarations, en France, le sujet reste encore tabou

publicité