Anne-Sophie Lapix « refroidie » par Jean Castex : elle prend une initiative radicale sur France 2 !

© AFP / maxppp
publicité

À la suite de son entrevue avec Jean Castex, Anne-Sophie Lapix a décidé de prendre une initiative radicale sur France 2. De quoi s’agit-il ? Le point à travers cet article !

Cela fait maintenant plusieurs années qu’Anne-Sophie Lapix officie sur France 2. Mais à la suite des événements récents, notamment son interview pour Jean Castex, la jolie blonde de 49 ans a décidé de prendre une initiative ferme. On vous raconte tout !

publicité

Un sourire qui ne passe pas…

À l’occasion de son entretien pour Satellifax, Anne-Sophie Lapix a réagi face aux critiques donc elle fait souvent l’objet. Il faut dire que l’animatrice de France 2 est la cible préférée des haters sur les réseaux sociaux. Et son interview récente avec le Premier Ministre, Jean Castex, n’a rien arrangé.

Sur la Toile, on lui reproche son sourire considéré comme hypocrite. Face à l’ampleur de la situation, la jolie blonde a décidé de prendre une décision ferme. Pour mettre fin à ces polémiques, la compagne de Arthur Sadoun a tout simplement décidé de ne plus sourire.

publicité

Comme elle l’a expliqué à nos confrères : « Tout sourire dans un entretien politique est synonyme de moquerie, un manque de respect ». La sœur de Gaëlle ne comprend toujours pas pourquoi son sourire crée autant le buzz.

« C’est une marque de politesse… »

Au mois de mai dernier, l’acolyte de Laurent Delahousse s’est prononcé à la suite de son interview avec Jean Castex. Anne-Sophie Lapix a ainsi dévoilé : « Tout s’est bien passé sur le plateau. Nous avons discuté à propos du Pays basque. À aucun moment je n’ai éprouvé qu’il s’est senti agressé », souligne-t-elle.

publicité

La principale de concerner enchaîne en ajoutant : « Sourire fait partie des valeurs qu’on m’a transmises. C’est une marque de politesse. Cela ne sert à rien de devenir une autre personne que soi-même », estime l’animatrice. Malgré tout, sa décision est prise : elle sourira désormais le moins possible à l’antenne. « Désormais, je veillerai à ne plus poser des questions ironiques », a-t-elle conclu.

publicité