Arnaque à l’assurance : deux banquières ont accumulé beaucoup d’argent

Deux femmes ont utilisé des comptes d’étudiants étrangers pour indiquer des vols qui n’ont pas existé. Leur but est de se faire rembourser par l’assurance pour les faux vols.

Arnaque à l’assurance : deux amies déclarent de faux vols de biens

L’affaire a débuté lorsque la suspecte principale s’est fait voler son sac à main. Elle a ensuite porté plainte et la compagnie d’assurance lui a remboursé la somme due.

Cependant, la suspecte a réutilisé les documents afin de mettre en œuvre son système frauduleux. En effet, deux employées de banque ont usurpé l’identité et les comptes d’étudiants étrangers. Les deux amies ont prétendu que ces comptes ont été clôturés.  Par la suite, elles ont changé d’informations, comme les dates par exemple. Elles déclarent de faux vols et les remboursements passent dans ces comptes. Ensuite, l’argent revient sur les leurs. Selon Le Dauphiné, elles possédaient dix-huit comptes dans huit banques différentes.

L’instigatrice principale de 33 ans a partagé l’astuce à son amie. Puis, elles ont travaillé intelligemment ensemble. La trentenaire a amassé 110.000 € et son amie a eu 54.000 €. Elles ont poursuivi cet acte jusqu’au jour où une compagnie d’assurance a cerné l’arnaque. Effectivement, toutes les plaintes ont porté le même numéro de procédure, le même nom de la policière, la même signature et le même numéro de compte bancaire.

Par conséquent, le parquet de Grenoble a ouvert une enquête. L’origine de l’idée est accusée d’arnaque et de faux et usage de faux. Les autorités ont saisi ses effets personnels de marque et son appartement. Les biens que sa complice a obtenus grâce à ces méfaits ont aussi été gelés. Le tribunal pénal doit trancher au mois de décembre.

Une autre arnaque de 50 000 €

Une habitante de Roquebrune-sur-Argens a porté plainte pour arnaque. Elle a dépensé 44.249 € pour une rénovation énergétique de sa maison. Or, « Elle n’avait absolument pas besoin de ces travaux », a indiqué Var-Matin. En effet, un professionnel aux mauvaises intentions a approché une septuagénaire du Var. Il lui a dit qu’elle a un problème de toiture. Il lui a aussi dit que l’humidité au pied du mur nécessite une isolation. Ainsi, les factures et les travaux se sont multipliés. Un jour, la femme a tout remis en cause. Ainsi, les factures et les travaux se sont multipliés.

Un jour, la femme a tout remis en cause. La septuagénaire a ensuite contacté l’UFC-Que Choisir. En conséquence, l’association de consommateurs lui a conseillé de porter plainte. L’UFC-Que Choisir a envoyé un mail au professionnel. Ce dernier a envoyé à la victime un chèque de 15 900 €. « La dame a perdu une partie de ses économies pour quelque chose dont elle n’avait pas besoin », a raconté Philippe Desseroir au quotidien régional.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées