Ces récents retraités voient un de leurs rêves s’effondrer totalement

Éric et Véronique Minil sont deux buralistes et récents retraités. Le couple a voulu construire une maison à Sainte-Marguerite-sur-Mer, en Seine-Maritime. Malheureusement, quelque chose de terrible leur est arrivé.

Récents retraités : leur domaine familial

Le terrain vide, avec une superficie de 7 000 m², a appartenu aux parents d’Éric Minil. Ce dernier l’a reçu à son tour, à l’occasion de son mariage avec Véronique. C’est donc un cadeau de mariage de la part des parents du marié. Le terrain était constructible au moment de la donation. D’ailleurs, les parents d’Éric avaient payé les droits réglementaires pour prouver cela. Éric Minil a construit un chemin d’accès, d’eau, d’électricité et de raccordement à l’assainissement. Cela, même si le terrain était encore inoccupé.

En 2018, Éric était proche de la retraite. Il s’est renseigné auprès de la mairie pour avoir la globalité du terrain constructible. En 2020, il a effectué une demande de certificat d’urbanisme. Là, il a été très surpris d’apprendre que le terrain n’était plus constructible. Ainsi, le vieil homme est allé chez le Maire et les élus afin d’éclaircir l’affaire. La décision des municipalités au sujet du domaine l’a étonné.

« On me refuse de construire ,alors que je suis le seul qui puisse avoir un raccordement Veolia pour les eaux usée », a-t-il confié.

Négociations et réponse de la mairie

Éric Minil a proclamé que son terrain se situait dans une dent creuse. « Il s’agira de parcelle(s) pouvant résulter d’une ancienne zone agricole. Où une unique parcelle est restée vierge de constructions, de la démolition d’un édifice, ou encore d’un terrain vague », a indiqué le Département de Seine-et-Marne.

« Il me disait que mon terrain était constructible », a raconté l’ancien buraliste. Cela, suite à une enquête publique pour l’élaboration du PLU. La mairie a stipulé : « Les parcelles ne peuvent pas être classées en zone constructible, car cela constituerait une extension du secteur déjà urbanisé “le Haut de Blancmesnil”. Ce qui est interdit par la loi Littoral, récemment modifiée par la loi ELAN. ». Éric Minil a dit : « Ce n’est pas à 80 ans que j’ai des projets. C’est aujourd’hui que je veux profiter après avoir assez bossé. On veut être tranquilles ».

Olivier de Conihout, le maire de Sainte-Marguerite-sur-Mer, a admis « comprendre à titre personnel leur frustration. Sur le fond, je suis d’accord avec M. Minil concernant ses parcelles. Mais c’est la loi, il faudrait changer la loi, ce n’est pas dans mon pouvoir, mais c’est celui des députés ».

Le maire conclut avec ces propos : « On ne peut pas aller à l’encontre de la loi ».

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées