Charlène de Monaco en exil dans le couvent de Mariannhill avant son retour au Rocher

Avant son retour au Rocher prévu avant le 19 novembre prochain, Charlène de Monaco se serait exilée dans un couvent de Mariannhill. Compte tenu de son état de santé encore fragile, la femme du Prince Albert II a décidé de se réfugier dans la religion.

La princesse s’isole dans le couvent de Mariannhill 

Voilà maintenant plusieurs mois que Charlène de Monaco n’a pas remis les pieds au palais depuis son séjour en Afrique du Sud. À la base, la princesse devait s’y rendre pour une dizaine de jours dans le cadre d’une campagne anti-braconnage. Malheureusement, la femme du Prince Albert II a développé une infection ORL qui l’empêche de prendre l’avion pour son retour.

Depuis, elle est bloquée dans son pays d’origine loin de son mari et de ses enfants. Une situation difficile à vivre pour la mère de famille qui a décidé de se réfugier dans la religion pour surmonter cette mauvaise passe.

Dans son édition de cette semaine, le magazine Closer UK met la lumière sur cet isolement de la première dame. Selon l’hebdomadaire, la mère de Jacques et Gabriella est en retrait au monastère de Marian Hill, près de Durban. Il s’agit d’une congrégation des missionnaires de Marian Hill qui a été bâtie en Afrique du Sud dans les années 1880 par Franz Pfanner. La jolie blonde de 43 ans n’a jamais caché être quelqu’un d’extrêmement pieux.

Charlène de Monaco se réfugie dans la religion

À l’occasion d’un récent entretien, Charlène de Monaco a confié : « Je suis une personne très pieuse. Je rends également grâce à Dieu pour chaque jour qu’il m’offre ». Toujours selon la belle-sœur de Caroline et Stéphanie, sa foi s’est approfondie et c’est ce qui lui permet d’aller au-delà de la souffrance causée par la séparation avec ses enfants, Jacques et Gabriella. Un proche de la princesse s’est confié sur le sujet dernièrement, sous le sceau de l’anonymat.

« Le chapelet est devenu son compagnon permanent. Prier lui apporte toute la force et l’énergie nécessaire pour surmonter ses soucis de santé », explique la source. Mise à part l’infection aiguë de la sphère ORL, la mère de famille souffrirait également d’une addiction liée à des antidouleurs qu’elle a pris auparavant. Un sujet encore controversé que le palais préfère s’abstenir de commenter.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées