Charlène de Monaco envoûtée par une sorcière : Stéphane Bern donne son avis

© Madame Figaro
publicité

Les rumeurs courent toujours concernant Charlène de Monaco. Certaines d’entre elles supposent que la princesse est envoûtée par une sorcière. Voici l’avis bien tranché de Stéphane Bern sur le sujet !

Mais quelle est la véritable raison pour laquelle Charlène de Monaco a décidé de s’éloigner du Rocher ? Les bruits courent comme quoi cet éloignement volontaire est dû à l’emprise de la sorcellerie. Un sort maléfique jeté par une sorcière australienne…

publicité

Stéphane Bern valide les soupçons de sorcellerie

Dans l’un des derniers numéros de Paris Match, Stéphane Bern semble confirmer l’hypothèse de sorcellerie dont serait victime Charlène de Monaco. L’expert des têtes couronnées se base sur le témoignage d’un proche pour illustrer ses propos. Comme le souligne le journaliste de 57 ans : « La femme du Prince Albert II a commencé par devenir méfiante »

Le spécialiste royal enchaîne en confiant : « La princesse a coupé progressivement les ponts avec les membres du palais. Elle a ensuite cédé aux propos médiocres de certains profiteurs ». Des déclarations en rapport avec une publication parue il y a quelques mois dans le magazine Paris Match. La même information a par la suite été reprise par Ici Paris

publicité

Une devineresse manipule Charlène de Monaco

L’hebdomadaire people avance : « Charlène de Monaco ne prend pas la moindre décision sans l’avis d’une devineresse venue d’Australie. La redoutable Dawn Earl (…) est connue pour être une prophétesse sud-africaine rescapée d’une secte australienne ». Ce serait donc cette femme que la mère de Jacques et Gabriella a sollicitée au palais. 

publicité

Une voyante aurait ainsi recommandé à la Première Dame de faire d’un de ses proches le graphiste officiel de la Monarchie. Certains intimes de la famille royale sont depuis très inquiets. Ils craignent que la femme du Prince Albert II n’utilise des « signes cabalistiques » dans les décisions prises au niveau de la Principauté. Encore une nouvelle affaire qui risque de faire couler beaucoup d’encre !

publicité