Charlène de Monaco galère en Afrique du Sud : cette activité qu’elle a refusé de réaliser

© Huffington post
publicité

Toujours bloquée en Afrique du Sud en raison de ses soucis de santé, Charlène de Monaco vit un quotidien difficile. Retour sur cette activité qu’elle a refusé de réaliser…

Difficile pour Charlène de Monaco de vivre la séparation forcée avec son mari et leurs deux jumeaux. Pour rappel, l’épouse du Prince Albert II est toujours retenue en Afrique du Sud, où elle attend sa prochaine opération. Le point à travers cet article !

publicité

Les temps sont durs pour Charlène de Monaco 

À cause de son infection ORL qui a développé quelques complications, Charlène de Monaco n’est pas autorisée à prendre l’avion. Voilà maintenant plusieurs mois qu’elle est retenue malgré elle en Afrique du Sud, son pays natal. Pour rappel, elle s’est rendue sur place pour une campagne anti-braconnage. Depuis, elle doit renoncer à une activité qui la passionne énormément, la plongée.

C’est en tout cas ce qu’affirme le média allemand « Neue Post » qui s’inspire des confidences de l’ancienne nageuse elle-même. Au cours d’un entretien pour le magazine You, la jolie blonde 43 ans a fait quelques révélations sur son séjour forcé en Afrique du Sud.

publicité

La mère de famille souligne avoir été greffée de l’os, avant la mise en place de ses implants dentaires. C’est cette opération réalisée en Europe qui a provoqué son infection aigüe des oreilles et de la gorge. Face à ces complications, la belle-sœur de Caroline de Monaco a dû subir plusieurs opérations.

La nageuse privée de sa passion

C’est pour cette raison que les médecins lui déconseillent de prendre l’avion. Selon ces derniers, la pression atmosphérique pourrait lui être fatale. Mais ce n’est pas tout, l’ancienne nageuse est également privée d’une activité qui lui tient très à cœur : la plongée.

publicité

La pression dans le conduit auditif externe ne lui permet pas de réaliser cette activité pour le moment. En cas d’activité prolongée sous l’eau, la première dame du Rocher risque des douleurs graves.

publicité