Charlène de Monaco hautaine et distante : rapport cauchemardesque avec le personnel du Palais

Pas facile de porter le statut de Première Dame du Rocher ! Au même titre que celle qui l’a précédé (Princesse Grace), Charlène de Monaco, elle aussi, fait aujourd’hui l’objet de vives critiques au Palais. La femme du Prince Albert II serait quelqu’un de « hautaine » et « distante ». Malgré tout, elle a réussi à affronter le déluge. 

« Avec mon époux, on a énormément souffert »

À l’occasion d’un récent entretien, Charlène de Monaco a réagi aux accusations dont elle fait l’objet à la suite de son mariage avec le Souverain du Rocher. Il faut dire que la princesse ne fait pas vraiment l’unanimité auprès de sa belle-famille et des employés du Rocher. Lors de sa prise de parole, la princesse a tenu à remettre les pendules à l’heure.

« Certains se sont montrés malveillants, repoussant la décision du Prince Albert II. Un rejet qui nous a affectés tous les deux », avait déploré la mère de Jacques et Gabriella. La principale concernée revient au passage sur son intégration au sein du clan princier et l’accueil froid qu’on lui a réservé au Palais. « Avec mon époux, on a énormément souffert », souligne-t-elle à ce propos.

Rappelons que la mère du prince, Grace de Monaco a elle aussi, eu droit au même accueil glacial, à son arrivée au sein de la Principauté. C’est en tout cas ce que rapporte l’écrivaine Sophie Adriansen dans son ouvrage baptisé : « Une Américaine à Monaco », consacré à la femme du Prince Rainier.

Une Première dame « hautaine » et « froide »

Dans les colonnes du livre on peut lire : « La maman de Caroline de Monaco a passé au crible l’ensemble des dossiers de la princesse Grace. Tout le monde s’est alors méfié d’elle : le personnel du Rocher y compris. Au cours des briefings, ils avaient dénoncé le caractère “hautain” et “distant” de la première dame

Il aura fallu plusieurs années à la mère du Prince Albert II avant de trouver ses marques au sein de la principauté. Comme le rapporte la publication : “Elle n’avait pas le choix”. Son époux était résigné à faire d’elle une véritable princesse et il lui a montré tout ce qu’il fallait faire pour. Un parcours qui a nécessité de la “compréhension” et de la “patience”. Une patience que l’ancienne nageuse de 43 ans n’aurait pas eu…

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées