Charlène de Monaco souffre le martyre : une autre maladie lui complique l’existence !

© Closermag
publicité

La situation se complique pour Charlène de Monaco en Afrique du Sud. Alors qu’elle vient d’être opérée pour la troisième fois, une autre maladie gâcherait son existence. De quoi s’agit-il ? La rédaction de Lacs champagne vous donne tous les détails !

Mise à part l’infection ORL dont elle souffre depuis plusieurs mois et qui est à l’origine de son exil en Afrique du Sud, Charlène de Monaco doit composer avec d’autres maladies. Explications. 

publicité

Charlène de Monaco victime d’hypersensibilité neuromusculaire

Décidément, les ennuis ne sont pas près de se terminer pour Charlène de Monaco. Voilà maintenant plus de quatre mois qu’elle est retranchée en Afrique du Sud en raison de ses problèmes de santé. Selon des révélations rapportées par le média allemand Neue Post, la femme du Prince Albert II souffrirait d’une autre pathologie. Dans un article exclusif, le magazine revient sur les coulisses de son absence au rocher.

Selon nos confrères allemands, la première dame de Monaco viendrait d’être diagnostiquée d’une hypersensibilité neuromusculaire. Une maladie qui résulte de son passé de nageuse sportive professionnelle. Celle qui devrait rentrer à Monaco vers la fin du mois d’octobre a en effet participé aux Jeux olympiques dans les années 2000, à Sydney. C’est à cette époque qu’elle aurait rencontré son époux pour la toute première fois.

publicité

Une maladie douloureuse

En ce qui concerne les symptômes de cette pathologie, le magazine Neue Post annonce des crampes ou encore des tendinites. Des signes comparables à celles ressenties par les patients souffrant de spasmophilie. Toujours selon la publication, les douleurs s’accompagnent de celles de l’arthrose. Davantage de difficultés que Charlène de Monaco affronte au quotidien en Afrique du Sud.

publicité

Toujours selon l’hebdomadaire, la maladie peut évoluer et aller jusqu’à une crise dont les symptômes sont alarmants. En effet, les individus touchés par l’hypersensibilité neuromusculaire peuvent avoir du mal à respirer et avoir la sensation de s’étouffer. Selon certains médecins, la douleur peut être insupportable. « Il n’existe aucune lésion évidente ni sur le plan musculaire ni sur le plan cérébral », conclut la publication.

publicité