Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam inquiets pour Charlène de Monaco : un sombre épisode exhumé

Charlotte Casiraghi, son époux Dimitri Rassam, ainsi que les autres membres du clan royal seraient tristes pour Charlène de Monaco. La Première Dame monégasque souffrirait de quelques problèmes d’addiction. La rédaction de Lacs champagne vous en dit plus dans les prochaines lignes !

Carole Bouquet passe aux aveux sur les problèmes d’addiction de son mari

Difficile pour Dimitri Rassam et sa femme, Charlotte Casiraghi de rester sereins en apprenant l’addiction dont Charlène de Monaco aujourd’hui. Le père du réalisateur de 39 ans est lui-même décédé des suites d’une accoutumance.

Sa femme, Carole Bouquet, avec qui il a partagé 7 ans de sa vie, l’a décrit comme une personne drôle, mais vulnérable, sous l’effet de l’héroïne dont il essayait d’arrêter. À ce propos, la belle-mère de Charlotte Casiraghi a fait quelques confidences surprenantes.

« Ce sont des années qui ont bouleversé le cours de mon existence. Celles que j’ai passées avec Rassam. Des années formidables que je souhaite à tout le monde », explique la mère de famille. « À un moment donné, il a arrêté avec la drogue alors qu’il était prisonnier. Il voulait tourner la page et vivre une nouvelle vie » se rappelle l’actrice de 64 ans. Le schéma serait aujourd’hui en train de se répéter dans la famille des Grimaldi.

« Charlène de Monaco est tombée dans un cercle vicieux »

Charlène de Monaco, marraine du fils aîné de Charlotte Casiraghi, Raphaël, souffrirait elle aussi d’une autre forme d’addiction. Selon le magazine Voici, cela fait plusieurs années que la mère de Jacques et Gabriella est dépendante à un cocktail de somnifères nocifs. Parmi elles on peut citer l’Imovane, le Stilnox et autre dérivé du carfentanil. Davantage d’opioïdes réputés dangereux pour l’organisme.

Selon un média spécialisé, ces drogues sont « 10 000 fois plus toxiques que la morphine, 4 000 fois plus toxiques que l’héroïne et 100 fois plus toxiques que le fentanyl ». Une source anonyme proche des Grimaldi a confirmé l’accoutumance de Charlène de Monaco à ces somnifères. « Tout a commencé lorsqu’elle a pris des antidouleurs afin de traiter une vieille blessure. Au fil du temps, elle avait du mal à trouver le sommeil. La princesse est tombée dans un cercle vicieux », souligne le proche du clan princier.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées