Impôts 2022 : un remboursement gracieux !

Bien que tout le monde déteste payer des impôts, cela demeure un devoir. Le montant varie selon les revenus de chacun. Cependant, il existe certains cas où ce n’est pas obligatoire. Vous pourriez même recevoir un remboursement !

Possibilité de non-paiement d’impôts !

Cela concerne les personnes qui ont des difficultés financières. Toutefois, il faut effectuer une demande. Il faut avoir des preuves d’une perte imprévisible et immédiate de revenus (faillite, séparation, licenciement) ou encore une forte hausse des dépenses (accident, maladie…).

Cela touche seulement quelques impôts. Négocier une baisse de l’impôt sur la fortune immobilière ou de l’impôt payé à la source n’est pas accordé. Pour les démarches, vous devez contacter votre centre des finances publiques par courrier en y incluant les justificatifs. Déposez votre demande dès que vous recevrez l’avis d’imposition.

Qui est concerné par le remboursement de l’impôt sur le revenu ?

Vous allez en bénéficier si, en 2021, vous avez fait des dépenses comme « des dons, des dépenses d’emploi à domicile, de gardes d’enfants ou encore des investissements locatifs ». D’une autre part, Bercy explique que « Cela peut être le cas si, par exemple, vos revenus ont baissé et que vous ne l’avez pas signalé à l’administration fiscale ou si vous avez tardé à déclarer la naissance d’un enfant ».

Si vous êtes concerné par le remboursement d’impôts, vous allez être remboursé du « solde des réductions et des crédits d’impôt auxquels vous avez droit compte tenu de l’avance de 60 % qui peut vous avoir été déjà versée en janvier 2022 ».

Au cas où vous ayez payé trop d’impôts, vous allez recevoir un remboursement le 21 juillet ou le 2 août. Tous les remboursements ont déjà été accomplis.

Faire des économies avec des astuces toutes simples

Une personne vivant dans un EHPAD ou ESLD (établissement de soins de longue durée) pourra jouir d’une baisse d’impôt. Cependant, elle doit résider en France. Une réduction de 25% s’accorde au montant engagé limité à 10 000 euros par an.

Les frais de scolarisation permettent aussi cette réduction. Mais seulement si l’enfant reste à charge de ses parents et n’a aucune source de revenus à son actif.

Pour les élèves non-boursiers, il y a une limite : 61 euros pour un enfant au collège, 153 euros pour un adolescent au lycée et 183 euros pour un étudiant.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées