Jean-Luc Reichmann frôle la mort dans un accident… « 18 fractures, bras gauche découpé »

© Telestar
publicité

« Il me découpe le bras gauche » : retour sur le violent accident de moto qui a pu conduire à la mort de Jean-Luc Reichmann. Un témoignage troublant qui vaut le détour. On vous dit tout ! 

Ce terrible accident de moto restera à jamais gravé dans l’esprit de Jean-Luc Reichmann. Un souvenir cauchemardesque que l’animateur des 12 Coups de midi a tenu à livrer cette semaine dans le cadre d’un témoignage bouleversant. La rédaction de Lacs champagne vous en dit plus dans les prochaines lignes !

publicité

« 18 fractures et une déchirure de la rate »

Jean-Luc Reichmann a encore un pincement au cœur lorsqu’il évoque le terrible souvenir de cette tragédie. Si l’animateur de TF1 figure aujourd’hui parmi les présentateurs préférés des Français, il a cependant traversé un passé marqué par de terribles événements. Dans les années 80, le compagnon de Nathalie Lecoultre frôle la mort dans un terrible accident de moto. À l’âge de 23 ans, le père de six enfants était un véritable passionné de motos.

Dans son ouvrage intitulé « T’as une tâche pistache », l’interprète de Léo Mattéi raconte qu’il respectait toujours les limites de vitesse lorsqu’il conduisait son deux-roues. À l’époque, il roulait à 90 km/h. Malheureusement, en franchissant un croisement, le réalisateur de 60 ans a heurté une voiture et s’est retrouvé dans un état critique.

publicité

« Le choc était tellement violent que son capot s’est relevé ». Toujours selon les confidences du père de famille, le véhicule qui l’a percuté lui découpe le bras gauche. « Je fais un vol plané et j’atterris à 39,75 mètres du point d’impact », raconte -t-il. Bilan : 18 fractures et une déchirure de la rate. En prime, le principal intéressé se retrouve immobilisé pendant 12 mois.

publicité

Un animateur au mental d’acier

Heureusement, Jean-Luc Reichmann finit par être tiré d’affaire après plusieurs mois de combat difficile. Une victoire qu’il doit à son mental d’acier et à son passé de sportif. À l’occasion de son passage sur France 3, il a confié à Sophie Davant : « C’était une épreuve difficile. Je ne pouvais pas bouger pendant plusieurs mois et je n’avais plus de rate. J’avoue que j’étais salement amoché. Ce qui m’a permis de me relever, c’est mon mental que j’ai forgé grâce aux sports de combat auquel j’ai participé ».. Comme quoi, avec de la volonté et de la détermination, on parvient toujours à s’en sortir !

publicité