Jean-Luc Reichmann victime d’un terrible accident : « Quand je l’ai vu, je pensais qu’il était mort »

TF1 a spécialement consacré un documentaire à son animateur phare, Jean-Luc Reichmann. Intitulé « Un destin hors du commun », sa famille et ses amis y ont témoigné le parcours du présentateur.

Jean-Luc Reichmann : le récit de son accident de moto

En 1984, Jean-Luc Reichmann a été victime d’un accident de moto. En effet, le célèbre animateur de TF1 a pensé retrouver ses amis à Toulouse. Sur la route, « une personne d’un certain âge a été victime d’un malaise cardiaque », a relaté le présentateur de « Les 12 Coups de midi ». Puis, il continue en expliquant :

« Je roule à 90 km/h. Cette personne me fauche dans ma file. Choc frontal de 200 km/h. Le réservoir de la bécane me rentre dans le ventre, la rate explose, le capot avant se lève, me sectionne complètement le bras. Je n’ai plus de bras gauche et passe par-dessus la voiture. J’entends une seule chose, un mec qui dit ‘il est mort ».

De ce fait, l’animateur emblématique de TF1 a failli perdre la vie. De même, il a subi de multiples opérations chirurgicales et a été hospitalisé pendant plus d’un an.

« Un destin hors du commun » : les proches de l’animateur décrivent l’horreur

En effet, le 2 juillet 2022, TF1 a diffusé le documentaire « Jean-Luc Reichmann – Un destin hors du commun » à 23 h 15. Les proches de l’animateur ont pris la parole pour raconter leur vécu après le terrible accident.

« Je me rappelle avoir été sur les lieux de l’accident rapidement après. Jean-Luc n’était plus là, il avait déjà été transporté à l’hôpital. Le choc a fait que Jean-Luc a été éjecté 40 mètres plus loin. Je garde en tête cette image où j’ai regardé les chaussures de Jean-Luc qui sont restées au pied de cette moto qui était complètement détruite. Il ne restait que la roue arrière. Le fait qu’on me dise que Jean-Luc était encore en vie était un miracle » a témoigné Marc, un ami d’enfance de Jean-Luc Reichmann.

Son grand frère pensait qu’il était mort…

De même, Bruno, son grand frère, raconte :

« Quand je suis arrivé à l’hôpital, il était dans son lit et ne bougeait pas. Son visage était méconnaissable. J’ai détourné le regard. Je n’ai pas pu le regarder », poursuit Marc. « Je me suis pointé à l’hôpital. Je suis tombé dans les pommes. Ça a été monstrueux. Il était tout noir. C’était un hématome. Quand je l’ai vu, je pensais qu’il était mort »

« Il est resté dans le coma et à l’hôpital pendant des mois. Je partais le matin, j’arrivais à 7 h 30-8 h et je restais toute la journée avec lui. (Elle ne rentrait que le soir à la maison). Je me disais : ‘ il faut qu’il s’en sorte, mais c’était très dur’ », a raconté Josette, sa mère.

Enfin, elle continue : « Quand il a été dans son fauteuil roulant, c’est l’image qu’il me reste tout le temps. On aurait dit un squelette avec tous les pansements possibles. Il avait des jambes qui ressemblaient à des fusées. Ce n’était pas possible. Je me disais qu’il ne remarcherait pas. Mais jamais il ne s’est plaint vraiment. Il supportait tout. Une volonté de fer. »

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées