Le Prince Albert II de Monaco : attendu avec impatience en Auvergne, dans le village d’Effiat

© PB / maxppp
publicité

Le Prince Albert II de Monaco est vivement attendu par les habitants du village d’Effiat, en Auvergne. La rédaction de Lacs champagne fait le point sur cette actualité pour vous !

L’époux de Charlène de Monaco a été attendu ce jour à Effiat (Puy-de-Dôme). Pour rappel, c’est dans ce village qu’est enterré l’un des ancêtres du Prince Albert II, Antoine Coëffier de Ruzé. On vous dit tout !

publicité

Un accueil chaleureux et convivial

Cette visite, il y a bien longtemps que les villageois d’Effiat l’attendaient ! Ce jeudi, le prince de Monaco a prévu de rendre visite à ce village situé aux confins du Puy-de-Dôme et de l’Allier. Sur place, le père de Gabriella et Jacques y compte un de ses ancêtres : Antoine Coëffier de Ruzé. Celui-ci a habité dans la région au XVIIe siècle.

Maréchal de France et membre de la famille Grimaldi, le marquis d’Effiat était un intime du cardinal de Richelieu. Dans cette région, il a bâti un collège tenu par une congrégation religieuse baptisée les Oratoriens. Le prince s’est donc rendu à l’église Saint-Blaise où est enterré son ancêtre.

publicité

Par la suite, il est parti pour voir l’incontournable château dans lequel Antoine Coëffier de Ruzé a écoulé des jours heureux. « Nous sommes ravis et honorés de la présence du prince », souligne Hubert de Moroges, l’actuel propriétaire des lieux. Et ce dernier d’ajouter : « Il va partir à la découverte de la propriété d’un de ses ancêtres. Une âme va se réveiller », a-t-il précisé.

Hubert de Moroges heureux d’accueillir le prince de Monaco

En 2018, le châtelain d’Effiat avait eu le privilège de s’entretenir avec le Prince Albert II. À l’époque, le fils de Grace Kelly était venu avec le maire du village, Marc Carrias, à l’occasion d’un événement qui s’est tenu dans l’Essonne.

Au cours de ce rendez-vous, le prince avait demandé à visiter Effiat. « J’ai le souvenir de quelqu’un de modeste et enthousiaste », affirme Hubert de Moroges. Et le gardien de château de souligner : « Cela fait depuis 5 générations qu’on est ici. Rien ne nous appartient vraiment ».

publicité

Notons que dans la famille princière, le frère de Caroline de Monaco est le premier à se rendre sur place. Nul doute qu’il a beaucoup appris de ses lointains ancêtres. Au cours de sa prise de parole, Hubert de Moroges a tenu à affirmer : « Tout comme les Grimaldi, Antoine Coëffier de Ruzé était un architecte, un visionnaire pour son époque ».

publicité