L’empoisonnement : Charlène de Monaco l’a échappé belle

La suite de l’empoisonnement de Charlène de Monaco

Charlène de Monaco passait son temps de rétablissement entre le principat et la Corse. Son mari, le Prince Albert de Monaco lui a proposé l’utilisation de son jet privé. Néanmoins, tous risques sont à éviter. Postérieurement, un empoisonnement aurait légèrement touché Charlène de Monaco. Le magazine France Dimanche en avait fait rapport : « Empoisonné, le souverain a failli l’être au sens propre du terme ». Cet épisode troublant est déterré par le magazine Gotha.

Suite à cet empoisonnement, la préfecture de la Seine-Saint-Denis avait ordonné : « fermer boutique à un traiteur haut de gamme », une boutique qui approvisionne Albert et Charlène de Monaco. Effectivement, la direction de la consommation avait fait preuve de l’existence de « nuisibles dans les cuisines souris, blattes, mouches, absence de gestion de durée de vie des denrées ».

Quelles mesures ont-ils prises ?

Suite à cet acte, l’obturation était convenue. Cette société, dont le couple princier faisait partie du client, aurait fait courir « un risque grave de santé publique ». « Or le prince avait l’habitude de faire appel à ce traiteur destiné aux VIP pour lui et ses hôtes de marque. On imagine l’impact négatif sur la principauté tout entière si ce beau monde s’était retrouvé malade. Car l’image de Monaco est l’une des préoccupations constantes d’Albert ».
À partir de ce moment, les approvisionneurs seraient choisis avec précaution pour éviter tout danger.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées