Pénurie de carburant : les départements ciblés cette semaine

En France, la pénurie de carburant se poursuit et s’aggrave. De plus, les syndicats de TotalEnergies reprennent leur grève, affectant certaines régions plus que d’autres. Par conséquent, près d’un tiers des stations-service ont eu des problèmes de ravitaillement hier, selon le ministère de la Transition énergétique. Face à cette pénurie, le gouvernement prend des mesures visant à augmenter de 20% l’approvisionnement en carburant. Ce, en utilisant les réserves stratégiques de pétrole, selon L’Express.

Pénurie : grèves de TotalEnergies et Esso-ExonMobil

Considérée comme la principale cause de la pénurie, les grèves de TotalEnergies et Esso-ExonMobil durent depuis 10 jours. Néanmoins, les négociations chez ce dernier ont dû débuter hier.

Quant à la direction de TotalEnergies, elle a décidé d’avancer les négociations annuelles en octobre et attend la réponse de la CGT. Toutefois, même avec les fermetures de raffineries susceptibles d’être levées, le délai de retour à la normale est estimé à une semaine.

Des restrictions adoptées

Outre l’impact de la grève sur la chaîne d’approvisionnement en carburant, le gouvernement et TotalEnergies ont annoncé une remise de 20 centimes. En conséquence, ces annonces ont fait inonder les stations-service, entraînant des pénuries à répétition.

De nombreuses zones sont touchées depuis la semaine dernière. D’ailleurs, certaines préfectures décrètent déjà des restrictions pour lutter contre « l’effet de panique ». Ce qui conduit à des achats prédictifs de carburant, contribuant aux pénuries. Ainsi, certains départements mettent des stations-service à disposition de certains professionnels des domaines prioritaires.

Voici les départements touchés

Les départements de l’Aisne, d’Eure-et-Loir, du Nord, du Pas-de-Calais, du Val-d’Oise, des Vosges et du Vaucluse ont décrété l’interdiction de l’achat et de la vente de carburant dans des jerricanes ou des bidons. De plus, dans ce dernier département, pour les particuliers, l’achat de carburant est limité à 30 litres.

En revanche, en Ile-de-France, 44.9% des stations-services étaient en rupture d’au moins un carburant, samedi. En conséquence, la fermeture de la moitié des stations a été provoquée. Enfin, dans le département du Puy-de-Dôme, l’autorité a suscité au peuple de « faire preuve de civisme ». Alors, elle incite les habitants à ne pas effectuer d’achats de carburant prévisionnels, sans interdiction.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées