Pénurie de carburant : qu’en est-il des vacances de la Toussaint ?

La pénurie de carburant persiste encore, car les blocages restent en place dans six des sept raffineries françaises, ce jeudi 13 octobre. Les choses reviendront-elles à la normale avant les vacances de la Toussaint ? Les experts du secteur ne sont pas sûrs.

Pénurie de carburant : des vacances compromises ?

D’après un sondage Elabe pour BFMTV, 21% des Français déclarent ne pas trouver de carburant à la pompe. Et 43% affirment avoir des difficultés pour faire le plein. Au niveau régional, les résidents du nord-est et du sud-est sont les plus touchés, à 80 % et 70 % respectivement. En tout cas, les Français interrogés pensent que la situation actuelle est due aux agissements de certains conducteurs. En effet, 79% estiment que le gouvernement ne fait pas son travail et ne gère pas correctement la situation.

Ces difficultés dans les stations-service se poursuivront ces prochains jours avec les départs en vacances. En effet, à l’approche des vacances scolaires de la Toussaint, de nombreux automobilistes auront besoin de carburant pour se déplacer. Deux experts du secteur ne sont pas optimistes. Pour eux, la situation ne se normalisera pas d’ici là, l’un d’eux évoquant une échéance début novembre.

Les scénarios possibles

Pas plus tard qu’hier, les grévistes de TotalEnergies ont annoncé une prolongation de leur grève. De même, la campagne continue pour les employés d’ExxonMobil qui ont été sollicités par le gouvernement. Par conséquent, la fin des blocages n’est pas prévue pour le milieu de cette semaine. Alors que plus de 30 % des stations-service du pays sont déjà à court de carburant. Cela, d’après les chiffres du ministère de la Transition écologique, mardi dernier.

Ainsi, les vacances de la Toussaint pourraient être impactées alors que beaucoup de familles luttent pendant une semaine. Mais commençant le 22 octobre et se terminant le 7 novembre, pourquoi s’inquiéter maintenant ? Interrogé par BFMTV, Jean-Marc Durand, directeur du raffinage Europe de TotalEnergies, explique qu’il faudra « une grosse semaine » pour retrouver le rythme normal de ravitaillement dans les stations-service. Notamment, après le déblocage. Pourtant, ce dernier n’a pas encore vu le jour.

D’autres encore

La reprise de la situation d’avant-crise peut prendre encore plus de temps. Francis Pousse, président de la branche carburant du syndicat Mobilians, a expliqué à BFMTV : « Si demain, les raffineries recommencent à travailler, cinq à dix jours devraient permettre de retrouver un bon niveau de livraison. Et 20 à 48 heures seront nécessaires pour envoyer les stocks dans les pipelines qui alimentent les 200 dépôts du territoire ».

Il poursuit ses dires par : « En 10 jours, on retrouverait une offre de 80 à 90%, par rapport à la situation d’avant-crise. Pour retrouver une situation d’avant-crise à 100%, en revanche, il faudrait 2 à 3 semaines ».

Cependant, les exigences nous empêchent-elles d’aller plus vite ? Ces estimations effectuées sur BFMTV se basent sur la reprise du travail. En effet, cette revendication impose un service minimum afin de ne pas violer le droit de grève. Ainsi, il n’est pas encore envisagé de reprendre totalement ses activités dans les prochains jours.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées