Pouvoir d’achat : toutes ces aides que les Français ne réclament pas

En France, tous les ans, dix milliards d’euros d’aides sociales restent dans les tiroirs des caisses de l’Etat. Et pour cause, les bénéficiaires oublient de les réclamer. Pourtant, ces indemnités aident à rétablir le pouvoir d’achat. Que ce soit pour le RSA, l’APA, l’AAH ou encore l’ASPA, beaucoup de Français ne demandent pas ces aides auxquelles ils ont pourtant droit.

Pouvoir d’achat : RSA

Nous avons d’abord le taux de non-recours au RSA. Il s’élève à 34 % environ par trimestre, et à 20 % de manière pérenne. Cette aide s’applique « aux personnes d’au moins 25 ans (sans ressources) et aux jeunes actifs de 18 à 24 ans s’ils sont parents isolés ou justifient d’une certaine durée d’activité professionnelle« , d’après les indications de l’administration française.

Prime d’activité

En février 2022, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a rapporté qu’environ 34 % des foyers éligibles au revenu de solidarité active (RSA) ne font pas la demande. Certes, il faut faire la demande chaque trimestre. « Près d’un Français sur deux passe à côté de sa prime d’activité« , indique Joseph Terzikhan, fondateur de la plateforme Mes-allocs.fr à nos confrères de La Dépêche.

AAH

Même cas pour l’AAH, (Allocation aux adultes handicapés). « Pour à peu près la moitié des cas de non-recours, c’est le manque d’information. Pour un quart c’est un problème de complexité administrative et pour 20 % des cas, c’est bel et bien la peur d’être stigmatisé, liée à la honte de demander ce genre d’aide. », déclare Joseph Terzikhan.

Pouvoir d’achat : ASPA et APA

Une étude de la Drees, en 2016, confirme que juste 50 % des personnes éligibles au minimum vieillesse n’y recourent pas (soit plus de 300 000 personnes).

Finalement, on constate que de nombreux Français ne réclament pas leurs aides car ils ont peur de se tromper lors de la demande, alors que leur pouvoir d’achat est déjà bas.

« En se trompant, ils bénéficient d’une aide qu’il n’aurait pas dû percevoir. Je vous promets qu’il y a plein de gens qui ne demandent plus d’aides à cause de cela car ils doivent rembourser de grandes sommes d’argent », finit Joseph Terzikhan.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées