Réforme des retraites : voici les annonces du gouvernement !

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, s’est entretenu avec nos confrères du « Journal du dimanche » concernant la réforme des retraites. Ce dernier a surtout parlé d’une sorte de « clause du grand-père » pour supprimer les régimes spéciaux. Les détails !

Réforme des retraites : pas très appréciée en France

La réforme des retraites envisagée par l’actuel président de la République était un sujet majeur pendant la campagne présidentielle. Cependant, elle semble loin de faire l’unanimité sur les bancs de l’Assemblée nationale et dans l’opinion publique française.

Ils ont discuté en particulier de certains cas, notamment les régimes spéciaux. En effet, Emmanuel Macron a promis « la suppression de certains régimes spéciaux » lors de sa campagne électorale, a rappelé L’Obs. Pourtant, on ne sait pas encore quelles organisations sont impliquées et comment le gouvernement entend procéder.

Suppression des régimes spéciaux : une mesure contestée

Les partenaires sociaux et la majorité des salariés bénéficiaires ont fortement contesté cette mesure. De plus, la France est actuellement confrontée à une crise énergétique et sociale majeure. Alors, le déclenchement d’une vague de grèves parmi les professionnels concernés pourrait avoir des conséquences. Ce qui n’améliorerait pas la situation dans le pays.

Olivier Dussopt s’est exprimé sur la réforme des retraites, révélant que les premières concertations avec les partenaires sociaux débuteront aujourd’hui. Il est également revenu sur les méthodes utilisées par le gouvernement, pour faire adopter les points les plus controversés du projet. Notamment, les régimes spéciaux et l’âge de départ à la retraite.

Les annonces à retenir

L’État a décidé d’opter pour une sorte de « clause du grand-père ». À ce sujet, Olivier Dussopt a déclaré : « Nous aborderons les régimes spéciaux, en privilégiant une méthode progressive vers la normalisation, comme nous l’avons fait pour la SNCF : la réforme ne concernera que les nouveaux salariés« .

De plus, le ministre du Travail a annoncé l’ouverture des premières concertations avec les partenaires aujourd’hui. Son objectif était « d’avoir un projet connu avant la fin de l’année, adopté par le Parlement à la fin de l’hiver pour une mise en œuvre à l’été 2023 ». Ensuite, Olivier Dussopt a ajouté : « Nous entrons dans la discussion sur la base du mandat du président de la République : 64 ans en 2027, 65 ans en 2031 avec un rythme de quatre mois supplémentaires par an« .

Vu que les organisations syndicales contestent le report de l’âge légal de départ à la retraite, l’État a opté pour un geste en leur faveur. Alors, le ministre du Travail a dit : « Introduire une clause de revoyure peut être une façon de prendre date dans l’avenir pour faire un point ». Aussi, Olivier Dussopt a indiqué que l’État ne voulait pas réadmettre les critères de pénibilité au travail. Rappelons que ces derniers ont été supprimés pendant le premier mandat d’Emmanuel Macron en 2017. « Il faut trouver d’autres solutions », a conclu le ministre du Travail.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées