Véronique Genest : « J’ai besoin de 10 000 euros par mois »

Véronique Genest est connue du public grâce à son rôle dans la série policière « Julie Lescaut ». Cependant, ce que la star du petit écran a amassé pendant sa carrière n’a pas suffi à assurer sa retraite.

Julie Lescaut

L’année 2014 marque l’arrêt de la série « Julie Lescaut » pour Véronique Genest. L’héroïne du feuilleton a publié des photos du tournage du dernier épisode de la série sur Twitter. La baisse des audiences a précipité cet arrêt. En plus, l’actrice a pensé que son personnage vieillissait mal.

Elle s’est exprimée : « Les flics évoluent, ils ne restent pas commissaires toute leur vie. Ma pauvre Julie commençait à s’encroûter. Le fait qu’elle soit encore commissaire la rendait presque ringarde. Et puis on avait trop fait le tour des histoires et des interrogatoires avec les éternels où étiez-vous tel jour à telle heure ? De la même manière, avant, j’adorais faire mes cascades, me rouler dans la boue… Là, ça finissait par me gonfler. »

À 57 ans, ça devenait franchement ridicule. Il était temps que ça s’arrête », a-t-elle confié aux journalistes de TV Grandes Chaînes. Véronique Genest a accordé une autre interview au Parisien-Aujourd’hui. « Je n’étais plus en adéquation avec elle. Je ne vais pas continuer à courir partout sur le terrain comme un flic », a-t-elle poursuivi.

Véronique Genest : sa nouvelle vie

« Je finis d’écrire un documentaire, 22 v’la Julie, qui sortira en avril et qui raconte toute la fabrication de la série. J’ai tourné La Disparue du Pyla, pour France 3. Et on écrit une pièce de théâtre pour moi. J’ai vraiment beaucoup de propositions ! », a raconté Véronique Genest.

L’héroïne de « Julie Lescaut » a accordé une interview à Ici Paris, cela a paru le 3 août 2022. « Je suis une hyperactive, mais j’ai toujours voulu être actrice. Je suis en train d’écrire une série. Pour l’instant, je suis branchée théâtre. Création, festival, école, transmettre : c’est ce qui m’apporte le plus de satisfaction », a-t-elle déclaré.

Difficultés financières

Véronique Genest est également revenue sur ses « difficultés financières » pendant cette interview. « J’ai dit que c’était difficile pour les comédiens, mais que moi, j’avais de la chance, j’ai des biens et des économies, mais elles ne seront pas éternelles. J’ai eu ma maman [décédée en février dernier] à charge – la maison de retraite coûtait entre 5 000 et 6 000 euros par mois – ainsi que l’ex-femme de mon mari. Il faut que je gagne ma vie, que je travaille. J’ai besoin de 10 000 euros par mois. Pour tenir, pour aider ceux qui sont autour de moi », a-t-elle raconté. « [Elles] ne sont pas à la hauteur du temps qu’ils passent à travailler. Elles sont minimes. Le chômage est plafonné, pas énorme. Mais je ne me suis jamais plainte », a-t-elle conclu.

D’autres publications dans 

Tensions entre Jacques Legros et Jean-Pierre Pernaut : les confidences sans filtre de Lou Pernaut 

Allocation chômage : quels sont les changements prévus avec la revalorisation de ce mois d’avril ? 

Réforme des retraites : à qui le départ anticipé sans pénalités profitera-t-il en 2023 ?

Selon une récente étude, une gourde renfermerait plus de microbes qu’une cuvette de toilette !

Fin du ticket de caisse : à quels changements s’attendre pour le mois d’avril ? 

« Une personne défavorisée » : Nabilla se livre en pleurs sur ses dernières semaines compliquées